CEC Communiqué 2006-07-07

  • << Back to editing
  • Previous version by
  • << Older
  • Newer >>
  • Revert to this one
  • Edit
  • Fullscreen
  • Show comments
  •  
  •  
  •  
  •  
  • Zoom:
     
     
  • Page:  / 1
  •  
  •  
  •  
  • Line spacing:
     
     
  • Word spacing:
     
     
  • Search:FindClose
 
search results
 
 
 
 
 
 
 
 
   
612
792
1
0
/rga/index.php?action=ajax&rs=GDMgetPage&rsargs[]=CEC-Communique-2006-07-07.pdf&rsargs[]=0
CommissiondenquêtecitoyennesurlerôledelaFrancedanslegénocidedesTutsiauRwandaCommuniqué,le7juillet2006ÀPROPOSDEL'IMPLICATIONFRANÇAISEDANSLEGÉNOCIDEDESTUTSIDURWANDAEN1994DesvictimesrwandaisesdugénocideperpétréauRwandaen1994ontsaisile16février2005laJusticefrançaisedeplaintespourcomplicitédanscegénocide.Ellesaffirmentquedesmilitairesfrançaisauraientdirectementparticipéauxcrimesdontellesontsouffert.LaChambredel'instructiondelaCourd'appeldeParisvient,pourlasecondefoisenmoinsdedeuxmois,dedéjouerlesmanœuvresretardatricesduProcureurmilitaire.Eneffet,aprèsavoirsoutenuquelesconstitutionsdepartiecivileétaientfantaisistesetavoirdemandéauJuged'instructiondeserendreàKigalipours'assurerdeleursolidité;aprèsavoirfaitappeldel'OrdonnanceduJugedinstructionquidéclarait,contresesréquisitions,lessixplaintesrecevables;leProcureurduTribunalauxArméesdeParisavaitrequisl'annulationdesauditionsauxquellesleJuged'instructionavaitprocédésursapropredemandeàKigali.Le29mai2006,laCourd'appelavaitconfirmélarecevabilitédetouteslesconstitutionsdepartiecivile.Le3juillet2006,elleaconfirmélavaliditédesauditionsfaitesàKigaliparleJugedinstruction.Désormais,onpeutespérerquel'instructiondessixplaintescontrexpourcomplicitédegénocide,pourraenfinêtremenéesereinement.Toutefois,l'éventuelleconstatationparlaJusticedeviols,desévices,voiredemeurtrescommissurleterraindugénocideparcertainsmilitairesfrançais,peutconstituerunleurre.Eneffet,dansleurgrandemajorité,lesmilitairesprésentssurleterrainn'ontpascommisd'actesdecegenre.Ilsontexécuté,pourlaplupartentoutebonnefoi,lesinstructionsquileuravaientétédonnées.Or,danslamesurecesinstructionsenjoignaientenréalitéauxtroupesdeporterassistanceauxautoritéslocalesalorsquecesautoritésperpétraientungénocide,ilfautconsidérerqu'ellessontàl'originedelacomplicitéreprochéeauxFrançais.Eneffet,l'assistanceainsifournieétaitunecomplicitédegénocide-mêmelorsqu'ellenes'accompagnaitpasdeviols,desévicesetdemeurtres.Maisilestévidentquelaresponsabilitépremièredecetteassistance-commedesviols,sévicesetmeurtresquil'auraient,parfois,accompagnée;doncl'ultimecomplicitédegénocide,incombeauxauteursdesinstructionset,parconséquent,auxpouvoirscivilsquicoiffentlahiérarchiemilitaire.Danscesconditions,laCommissiondenquêtecitoyenne(CEC)considèrequ'ilseraittropfacilededédouanerlesvéritablesresponsablesaudétrimentdequelqueslampistes.Elleconsidèreégalementquelaquestiondesresponsabilitésessentiellesresteraitposéemêmesil'instructionn'établissaitpaslamatérialitédesméfaitsévoquésparlesplaignants.Enfin,ellesuggèrequ'encestempsdedébatspréélectoraux,lesdifférentscandidatesetcandidatsàlacandidaturesoientappelésàprendreclairementpositionsurlesresponsabilitésdesdirigeantsdel'Étatdansl'assistanceaccordéeen1994auxauteursdugénocidedesTutsiduRwanda.Contactpresse:OlivierThimonier,tél:0144610325,olivier.thimonier@survie-france.org
GLIFOS-digital_archive
Share this document
X

Send E-mail